Quels délices goûter lors d’un voyage gastronomique au Japon ?

 

 

Au Japon, il n’y a pas que les us et coutumes qui fascinent. Cette contrée aux mille merveilles a aussi un art culinaire digne d’intérêt. D’ailleurs, si vous êtes un amateur de gastronomie exotique, vous êtes invité à voyager dans ce pays.

Le sushi

Parmi les plats les plus connus en dehors des frontières japonaises, il y a les sushis. Ces petits délices à base de riz vinaigré et de fine tranche de poissons ou de fruits de mer ne manqueront pas de vous dépayser de la cuisine européenne. Pour commencer, on ne mange pas ses sushis avec les traditionnelles cuillères et fourchette. On utilise plutôt des baguettes, des ustensiles pas toujours faciles à manier. Si vous n’arrivez pas à saisir vos sushis, vous pouvez vous servir de vos doigts sans problème. En outre, au Japon, mélanger le wasabi et la sauce soja est impoli. Pour faire bonne chère, vous devez juste tremper le neta (tranches de poissons ou de fruit de mer) dans chacune des sauces. Enfin, au pays du Soleil Levant, il est coutume de prendre un gari entre deux sushis. Il s’agit de morceaux de gingembres marinés permettant de nettoyer les papilles après chaque dégustation.

La soupe miso

Outre les sushis, ne manquez pas de goûter à la soupe miso lors de votre voyage Japon. C’est l’un des constituants principaux du repas traditionnel local. Pour préparer cette spécialité, il faut faire bouillir de l’eau et y mettre plusieurs ingrédients comme le tofu, le wakame et la sauce soja. En guise de composant de base, on emploie du miso, une pâte fermentée très salée. La soupe miso ne se résume pas à une seule recette. D’ailleurs, pendant votre expédition gastronomique, vous en trouverez plusieurs variantes. Certains cuisiniers utilisent des niboshi pour donner plus de saveurs à leur préparation. Il s’agit de petites sardines desséchées souvent vendues en paquet. Pour commencer, les locaux trempent les niboshi dans de l’eau pendant toute une nuit. Puis, le lendemain, ils obtiennent un liquide au goût de sardine qu’il incorpore aux autres ingrédients de la soupe miso.

Le sashimi

Votre voyage gastronomique au Japon ne serait pas complet si vous ne goûtez pas au sashimi. Ce mot, signifiant corps taillé, désigne des poissons ou des fruits de mer crus coupés en lamelles. Pour faire du sashimi, on utilise du thon, du saumon, de la pieuvre ou encore du crustacé. Il est également possible de faire du sashimi de fugu, mais à cause de la toxicité de ses organes, ce poisson ne peut être cuisiné que par de rares personnes ayant une licence accordée par l’État. Quoi qu’il en soit, le sashimi nécessite des ingrédients de qualité. C’est pour cette raison que depuis la pêche jusqu’à la préparation, il est important de faire très attention à ne pas altérer la chair des poissons ou des fruits de mer. En ce qui concerne la découpe des sashimis, le cuisinier n’emploie pas n’importe quel ustensile. Afin d’obtenir de belles lamelles, il doit connaître des techniques spécifiques et être muni d’un set de couteaux spécial.

Les commentaires sont fermés